L’utilité d’un séchoir efficace

Dans le processus de production des plantes médicinales, la partie séchage est d’une importance capitale. Elle permet une bonne conservation des végétaux et de leurs principes actifs. Chaque plante présente des caractéristiques particulières de dessication qu’il est nécessaire de prendre en compte au risque de voir sa récolte perdue.

Il existe différents types de séchoirs et de séchage qui nécessitent plus ou moins de matériel. En partant du plus simple au plus complexe, voici quelques unes des techniques essayées :

Les draps sur le sol : technique utilisée depuis toujours qui donne de bon résultats les jours ensoleillés sans vent, pour les plantes qui peuvent sécher au soleil comme le tilleul par exemple. Cette technique comporte des points négatifs comme l’hygiène. Elle nécessite également de disposer de grandes surfaces bien tondues et plates ou des tables. Les creux et les bosses laissées par le sol déplacent les fleurs et forment des tas qui sèchent moins bien. L’humidité de la nuit et les changements de météo peuvent ruiner vos efforts de séchage.

Séchage sur drap

Séchoir solaire : Le principe des séchoirs solaires est de concentrer la chaleur de radiation du soleil et de la faire passer dans un volume clos dans lequel se trouve les plantes à sécher.

1 : entrée d’air frais, 2 : réchauffage de l’air 3 : séchage des plantes et sortie de l’air humide

Vous trouvez sur internet de nombreux plans et autres tutoriels pour en fabriquer de toutes sortes. En carton, en bois, en verre, de la taille d’une valise ou d’un bâtiment agricole, ils présentent tous une partie qui captent les rayons du soleil et une partie étagée et grillagée pour accueillir les plantes autour desquelles circule le mieux possible l’air chaud.
En fonction de la quantité de plantes à sécher, il faudra penser à un séchoir assez grand. Ce point est très important car il va déterminer la quantité de production que vous pourrez effectuer. En fonction du temps de séchage, la disponibilité des surfaces ne permettent pas une rotation rapide. Si la journée n’est pas ensoleillée, le séchoir ne fonctionne pas. La productivité de votre installation chute.
Heureusement, la plupart des récoltes se font l’été mais dépendre du soleil comporte au final trop de risques pour la pérennité de la production. Au niveau hygiène, comme il est nécessaire de faire circuler une grande quantité d’air chaud, il faut que l’air froid aspiré et réchauffée soit la plus propre possible. Un filtre peut être installée à l’entrée de l’installation pour limiter les pollutions mais il freine le flux d’air. Certains séchoirs n’utilisent que la convection de l’air chaud pour sa circulation. Un ventilateur d’insufflation et/ou d’extraction peut aider à optimiser le fonctionnement du système si le séchoir est étanche et que l’air traverse bien toutes les plantes.

Concentrateur solaire (et braque)
Une claie d’aubépine dans le séchoir

Combiné soleil et déshydratateur électrique : Pour compléter le séchage solaire les jours de météo défavorable, le séchoir peut accueillir un petit appareil de déshydratation. C’est un appareil qui est utilisé à la maison qui permet d’assécher les pièces trop humides. En utilisant la fonction de condensation de l’eau contenue dans l’air ambiant par compression et détente de l’air, l’appareil peut contrôler la quantité d’humidité d’un volume important d’un local.
Dans le séchoir, les plantes chargées d’humidité sont au contact d’un air tiède et sec. L’air qui apprécie être humide quand elle est chaude va capter l’eau des plantes et ainsi les dessécher. Ce systèmes est très efficace et présente de nombreux avantages : il permet de maintenir une température assez basse pour ne pas dégrader les principes actifs recherchés, il maintient les plantes dans le noir, il permet de sécher de grandes quantités en fonction de la puissance de l’installation et du volume de la pièce, l’hygrométrie est contrôlée et la dessication rapide. La pièce de séchage reste clos, l’hygiène est facilement contrôlée.

Séchoir à déshydrateur électrique : Le système de dessication est le seul moyen d’assèchement, le solaire ne joue plus de rôle. A part devoir consommer de l’énergie, il présente les mêmes avantages que précédemment : hygiène maîtrisée dans un circuit d’air fermé, possibilité d’aménager un local en étagères grillagées ou d’utiliser des rolls en inox. contrôle permanent de l’hygrométrie, possibilité d’assécher à coeur les plantes en peu de temps, grand local aménageable.

Surface de séchage :

Comme indiqué précédemment, vous ne pouvez consommer ou vendre que ce que vous pouvez sécher de manière à retirer assez d’eau pour que les végétaux se conservent. Comme le temps d’enlever l’eau de la plante est incompressible en fonction des caractéristiques de l’air utilisée comme sa température, son humidité et sa vitesse de déplacement, vous devez attendre pour recharger votre séchoir que tout soit sec à coeur. Vous arrivez vite à la limite du système qui vous empêche de multiplier la production. Tant que les plantes ne sont pas sèches, je ne peux pas en remettre d’autres, si je les récolte, elles ne sécheront pas.  C’est un maillon freinant dans la chaîne de production.
Au début de cette année, j’ai construit un séchoir de 15 claies de 1 mètre carré chacune. Pour la saison des fleurs d’arbre, j’ai pu sécher de l’aubépine et du tilleul à ses limites de séchage. Pour la reine des prés j’ai également atteint la limite des capacités du séchoir très rapidement. Pour certaines plantes, il m’a fallu 1 jour de séchage comme le tilleul. Pour le millepertuis, les fleurs sont restées 3 jours dans le séchoir et ça n’a pas suffit car j’ai dû constater de la moisissure dans mes pots de stockage…
15 mètres carré correspond au séchage des plantes pour une famille. Complété par du séchage en bouquet, il est tout à fait possible de préparer toutes les tisanes d’une année pour un foyer, Le séchoir peut aussi être utilisé pour conserver les fruits et les légumes comme les tomates. Il faudra bien sûr choisir quoi y mettre car il sera vite saturé. En revanche, pour une production importante qui couvrirait les charges de l’exploitation et qui serait en proportion avec un terrain agricole comme le notre, ce séchoir n’est absolument pas suffisant. Il n’a permis de sécher que quelques kilos de plantes à chaque fois, pas assez pour un modèle économique durable.

Un nouveau séchoir de 90 m2 : un local affecté au stockage a été aménagé pour accueillir 90 claies de séchage de 1 m2. Nous avons utilisé le principe du premier séchoir qui nous a paru pratique pour déplacer les claies avec les plantes humides. Chaque claie est constituée d’un cadre en bois et d’un fond en grillage galvanisé. Pour améliorer l’hygiène et le maintien en place des petites fleurs comme la reine des prés, nous avons ajouter un grillage très fin, anti-insecte, en plastique alimentaire sur chaque claie.
Chaque claie repose sur une échelle qui espace chacunes d’elles de 10 cm sur une hauteur comprise entre 50 cm et 2m. Le local de séchage présente 6 échelles réalisée en bois du Morvan, fournie par la scierie de Luzy.
La pièce est close et propre. Un frein vapeur a été tendu sous les poutres du plafond pour limiter l’entrée de poussières du grenier et étanchéifier le local.
Pour permettre le séchage, nous avons installé un déshumidificateur de ce type qui permet de retirer 60 litres d’eau par jour dans le local. 60 kg d’eau correspond à 60 kg de matières humides à positionner dans les 90 claies du séchoir. Sa consommation est de 700 watts/h. C’est une consommation conséquente qui doit être financée par la vente des plantes médicinales séchées.
Nous comptons récupérer l’eau déminéralisée produite par la condensation de l’humidité et l’utiliser pour nos cultures de plantes sensibles à la dureté de l’eau ou pour la fournir à ceux qui en auraient besoin pour son fer à repasser ou pour nettoyer les vitres sans trace.

Ce séchoir est en cours d’aménagement.  Ce sont les travaux du moment. Nous vous ferons parvenir des photos du montage et de sa mise en service.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :